Ma femme Nadia et Rachid
Ma chérie Nadia est maintenant avec moi depuis 2 ans, elle a 22 ans et nous vivons dans un petit appart sans trop de charme mais pratique. Moi, je bosse beaucoup malgré tout, en intérim, je fais aussi du sport et je vais traîner avec des copains, bref je suis un jeune con qui ne s’occupe pas de sa femme !
Nadia bosse aussi, elle a dégoté (même si ce n’est pas sa formation) un job de serveuse dans un bar/brasserie du centre ville fréquenté par les commerçants mais aussi par la jeunesse “dorée” de la ville.

Toujours aussi belle et dynamique, elle rayonne et est un élément incontournable de l’établissement, elle a sympathisé depuis quelques temps avec Rachida et son copain, elle très jolie brune bien foutue, étudiante qui part en fac dans une grande ville de la région et ne rentrera que le week-end.
Rachid est un grand brun ténébreux de plus de 1m85, carré et très sportif, il est affecté comme policier ici depuis 1 an.
Nadia m’a souvent parlé d’eux, me disant qu’ils allaient bien ensemble, que c’était vraiment un beau couple. Elle adore Rachid, elle me dit qu’il passe souvent au bar pour boire un café et discuter avec elle l’après-midi quand elle finit son service. Un peu jaloux et idiot, je lui disais qu’il venait la draguer
– Tu es bête !! Répond-elle. Il n’est pas comme toi, il est gentil c’est tout ! Il vient juste discuter en copain. Sa copine est belle et il l’aime, il ne me regarde pas de cet œil là.
– Tu as raison, tu vas être surprise le jour il va essayer ou te proposer autre chose, disais-je en rigolant, sûr de moi comme un coq !

Arriva donc ce qui devait arriver ! Le matin, elle partait toute fraîche et sexy, son petit 36 met bien son joli cul en valeur dans sa jupe noire à mi cuisses.
Ce matin là, elle se prépare donc avec attention : Rachid l’a invitée plusieurs fois à boire un verre chez lui mais elle avait refusé jusqu’à hier. Là, il lui avait expliqué qu’il s’ennuyait trop tout seul et que sa copine était absente depuis 2 semaines, qu’il avait juste envie de discuter et passer un moment avec une copine, avoir la présence d’une fille.
Elle avait fini par dire oui.
Elle ne m’avait rien dit pour ne pas subir mes moqueries et elle était persuadée qu’il ne se passerait rien de toutes façons.
Malgré tout, elle s’était faite belle pour lui faire plaisir, jupe noir mi-cuisses assez prêt du corps, un top à manches courtes assez échancré et pour se faire plaisir, l’ensemble tangua soutien-gorge en dentelle blanc cassé que je lui avais offert et que j’adorais car il laisse tout voir, elle avait aussi bien rasé ses lèvres et les cotés de son minou, juste pour elle, bien sûr.

Ils ont donc bu un verre au bar et puis ils sont partis, à pied, chez lui, indifférents à tous ceux qui les voyaient aller chez lui dans une petite ville de province où tout se sait rapidement.
Nadia découvrit un appart sympa et moderne. Juchés sur un tabouret ils prennent un verre en discutant, elle l’écoute et le trouve vraiment mignon et craquant, elle est impressionnée par sa taille et sa beauté, elle se dit aussi que son mari (moi) avait raison car là, sauf qu’elle se fasses des idées, il reluque sans cesse ses cuisses fines dont la jupe est remontée haut en montant sur le tabouret et qui remonte encore à chaque mouvement. Elle va aux toilettes et à son retour, il fume à la fenêtre, elle en fait autant et serrés tous les deux devant la fenêtre, il entre en action.
– Tu es vraiment mignonne et craquante Nadia, j’adore passer du temps avec toi, c’est flatteur pour moi, tu me plais vraiment !
– Arrête Rachid, il y a ta copine et moi, j’ai un mari aussi, tu le sais !
– Oui je sais mais bon, ils ne sont pas là pour voir et encore moins pour savoir !
– Arrête avec ça, tu sais qu’il ne se passera rien !
– Ok excuse-moi Nadia, juste un bisou pour me faire pardonner ?
– Ben oui ok, bien sûr
Il l’enlace et pose un gros bisou au coin de ses lèvres puis un autre.
– Juste un baiser s’il te plait, j’en ai besoin ! Murmure-t-il
Nadia n’arrive plus à penser, ce beau mec collé contre elle, son odeur, cette force…
– Ok, juste un baiser.

Hum… il embrasse trop bien, sa langue hum… j’adore ! Elle fond, elle craque, il l’excite tellement, il passe ses mains partout dans son dos, ses fesses, hum… mais bon, il faut réagir !
Elle le repousse tendrement :
– Arrête, c’est bon ! On a dit juste un baiser !

Il arrête à regret, il a déjà une énorme bosse qui déforme son jeans, elle ne peut pas ne pas voir. En remontant sur son tabouret, la jupe est remontée haut et il a aperçu la culotte en dentelle, il est encore plus excité ! Elle est presque prête, il le sait maintenant. Il ressert un verre et lui prend la main tout en lui parlant tendrement, elle ne l’entend pas vraiment, elle a aperçu la bosse du jeans. C’est énorme et ça l’impressionne ! Elle a connu un mec bien monté il y a quelques années mais, a priori, pas comme ça. Quant à moi son mari, je ne suis pas en mesure de tenir la comparaison avec mon petit zizi !
Il continue :
– Ton mari Karim est toujours à traîner, il ne s’occupe pas bien toi, j’en suis sûr !
Elle n’entend rien et ne sent que sa main qui remonte sur ses cuisses, l’électrise et la rend folle.
Il se lève : (non, ne pas craquer, je suis sérieuse, je suis mariée !).
Il se colle à moi et je ne vois rien venir !
Il a déjà pris sa bouche. .. hum, il embrasse trop bien … ça dure longtemps, des minutes à s’embrasser, se caresser … la jupe est remontée très haut et il caresse son minou en ayant poussé la culotte sur le coté. Ses gros doigts agiles la pénètrent et caressent son bouton. Elle va déjà jouir !
– NON !!! AH !!! OUI !!!

Sa petite chatte serrée coule sur ses doigts, elle part en exploration. Ce zob semble énorme, c’est sûrement le jeans qui fait ça. Il l’aide et défait sa ceinture et déboutonne le premier bouton. Elle plonge la main, ce n’est pas possible ! Ce zob a l’air énorme ! Elle le sort du jeans pendant qu’il mange sa bouche, son cou, caresse ses seins qui lui font mal tellement elle est excitée. Le zob lui arrive au nombril et elle ne fait pas le tour avec sa main. Il est énorme ! Ça ne va pas rentrer, se dit-elle. Mais ce n’est pas grave car je vais juste le caresser, le branler, se dit-elle.
– Mais que fais-tu ? Lui demande-t-elle.

Elle se laisse faire, la culotte reste prise au dessus d’une des chevilles, elle est maintenant ouverte et à sa merci. Toujours perchée sur le bout de tabouret du bar, lui, entre ses cuisses, fait son chemin. Elle le tient par le cou d’une main et le branle de l’autre. Sa queue est énorme, le gland violet est distendu. Il lui retire sa main pour ne pas jouir et se colle à elle. Sa grosse queue frotte sa chatte et sa jupe, son ventre. Il pourrait la prendre debout, là, mais non, que fait-il ? Il a lu dans ses pensées ?
– Non, c’est trop gros Rachid, arrête !!! HOO !!! NON !!! OUI !!!
Il rentre cm par cm
– Hé ben, tu es très serrée Nadia !
– Non, c’est toi qui es énorme, je n’ai jamais vu ça !!
– Ton chéri n’est pas bien monté ?
– Ça me gêne, arrête !
– Dis-moi, ce n’est pas grave si avec moi tu prends 22 cm ? Regarde le diamètre, il est comme ton poignet ! Tu verras, ça va rentrer sans problèmes !
– Karim n’a que 8 ou 10 cm lui, et moins épais, c’est sûr ! J’ai honte de dire ça devant toi !

Il est au fond d’elle maintenant, elle a l’impression qu’il va la déchirer. Il n’a fait que quelques allers retours en elle et déjà, elle a un orgasme fulgurant, ravageur. Elle tremble tellement c’est fort, elle s’accroche à son cou.
– Non arrête Rachid, on va tomber ! Ho, c’est bon !!!
Il l’a levée et la prend debout au milieu du salon. Le jeans sur les genoux, elle est comme un fétu dans ses bras. Il la défonce littéralement, elle jouit encore au moment où, se bloquant au plus profond d’elle, il lui déverse tout son sperme dans la chatte.
Ils restent encore comme ça un moment à s’embrasser tendrement, elle tremble encore. Il va la déposer sur le lit et s’allonge près d’elle.
Elle a le minou en feu et se dit qu’elle va se rhabiller et rentrer mais il est déjà en train de lécher son vagin alors que son foutre coule partout entre ses fesses. Elle n’en revient pas de la quantité qu’il lui a mise ! Il finit par se mettre à quatre pattes au dessus d’elle, sa grosse bite, pleine de mouille et de sperme déjà à moitié tendue, frotte son visage ainsi que ses 2 grosses boules velues. Elle n’arrive pas à la mette dans sa bouche tellement il est gros.

Elle aime l’odeur de sa queue mêlée à sa mouille. Il finit par venir s’allonger sur elle, elle toute menue (même si elle mesure 1m 73) se sent petite fille sous ce grand mec costaud. Il la domine, elle ne peut pas résister et se laisse, à nouveau, aller entre ses bras.
« J’ai bien le temps de rentrer, se dit-elle. Karim est au café avec ses amis ».
Elle remonte ses cuisses de chaque coté des flancs de cet athlète et se donne complètement. La sensation est énorme, il la prend tendrement et chaque mouvement de bassin la fait gémir.
Elle va jouir encore !
Elle jouit encore et encore !!!
Il a remonté ses jambes sur ses épaules et la baise comme une petite chienne ; elle a mal et elle adore en même temps. Elle n’en peut plus (son mari jouit en 1mn, se dit-elle).
Là, ça dure et il lui défonce le minou sans relâche en lui mangeant littéralement la bouche. Quelle puissance, quel mec !!!
– Hum !!! …. Arrête Rachid …. Oh oui…non, je n’en peux plus, c’est trop !!!
Elle est pratiquement tombée dans les pomme tellement ça a été fort ! Il explose en elle et se déverse en longs jets épais et puissant. Elle a mis du temps à refaire surface et sa chatte l’a chauffée durant 2 jours !

Le soir, lorsque je suis rentré, ma Nadia dormait sur la banquette, épuisée.
Elle travaille trop, me dis-je.
– Allons au lit mon chéri, je suis cassée, j’ai eu une grosse journée, me dit-elle.
Dans la semi pénombre de la chambre, je la vois se dévêtir et se glisser dans les draps, elle est belle, si belle. Sous le coup de l’excitation, j’ai l’impression qu’elle sent l’amour, le sexe. Je me mets sur elle et lui ouvre les cuisses.
– Arrête je te dis, je suis fatiguée chéri, fatiguée, fatiguée !!!
– Mais tu es toute mouillée, dis donc ! Lui dis-je en passant mon doigt dans son « tabboune » (vagin en marocain).
Elle rougit de honte dans le noir : (Si mon cocu savait que c’est le foutre d’un autre qu’il prend pour de la mouille !).
– Oui mon amour, c’est pour toi Karim, dit-elle.
– Hum…tu m’excites trop toi, tu es mouillée et toute ouverte d’excitation, j’adore !
Elle me serre dans ses bras.
Moi, comme d’habitude, surexcité, je jouis en moins de 1mn.
J’ai honte de ne pas l’avoir fait jouir. Elle dort déjà !
Cette nuit (et bien d’autres nuits), mon sperme et celui de son amant Rachid dorment au fond d’elle.

FIN