L’initiation de ma femme
En 1990, j’ai 26 ans et je viens de me marier avec Katy – 21 ans. Elle en paraît 25.

Cela fait un an que j’ai décroché un super poste en Allemagne en Forêt Noire, à 25 km environ de la frontière, un magnifique coin. Et, elle m’a rejoint.
Je travaille pour une grosse société germano-française, gagne très bien ma vie et, elle n’a pas “besoin” de travailler.

Je commence à bien connaître la ville alors, j’ai plaisir à la faire découvrir à ma petite femme.
Côté sexe, je l’ai connue vierge, inexpérimentée mais, elle aime ça alors, elle apprend vite. Elle est jolie, j’aime son corps, son sexe, et c’est environ à cette époque, matin et soir, parfois même le midi que nous faisons l’amour.
Dans ce pays, j’ai découvert avant elle, le naturisme au bord des lacs dans des zones “réservées” à cela et, je m’y suis adonné, progressivement.
“Voyeur” dans l’âme, je prends plaisir à regarder les jolies allemandes…
C’est-à-dire qu’au début, rien que lorsque j’en voyais une se déshabiller, même loin, je durcissais rapidement. Après, avec l’habitude, je contrôlais, même lorsque j’étais près d’elles.

J’ai commencé à faire connaître les lieux à ma chérie et, intimidée au début, elle a commencé à apprécier, regarder, comme moi. Mais aussi être regardée !
On s’amusait au commencement, à compter le nombre d’hommes qui la regardaient…
Voyeurisme et exhibitionnisme assouvis.

La petite ville où nous habitons est très belle, avec tout ce qu’une jeune femme aime en termes de boutiques, mais aussi d’infrastructures pour se sentir bien.
Sportif, je fréquente le stade d’athlétisme.
Ma petite femme préfère la natation et, la commune dispose d’une belle piscine olympique avec sauna, hammam, jacuzzi…
En France, un tel niveau d’équipement est bien plus rare pour une ville moyenne.
Un dimanche matin, nous allons ensemble à la piscine. Après bien des longueurs de nage ma chérie se décide enfin à souffler. C’est une bonne nageuse et elle prend soin de sa silhouette.
Je lui propose alors de découvrir le sauna.
Nous prenons alors chacun notre serviette puis entrons dans le “cabanon” en bois.
Il n’y a personne.
Nous retirons alors nos maillots de bain, et nous installons.
Ses seins libérés, elle expose fièrement son 90B, mais comme moi, elle garde la serviette sur son intimité.
Je regarde les recommandations du lieu.
C’est alors qu’un homme, serviette à la taille entre… Une “armoire”.
Le type de 30-32 ans je pense, doit faire environ 1m80-85 pour 75-80 kg.
Courtois, il nous salue. En allemand.
Je réponds dans mon allemand “français” d’accent.
Là, il nous dit : Vous êtes français ?
Oui, nous lui répondons ensemble.
Enchanté.
Bonjour Madame, bonjour monsieur, en nous serrant la main.
Vous venez souvent ici ?
Oui dis-je, mais c’est la première fois pour le sauna.
Ah, je vois… Et je comprends pourquoi vous gardez votre serviette…
Il faut vous en servir pour vous posez dessus sinon, le bois chaud va finir par vous bruler… Les fesses ! Dit-il en rigolant.
Ma petite femme et moi sourions à sa blague, un peu perturbés et gênés.
Alors, pour la mettre en confiance, j’ôte ma serviette et, la glisse puis m’étend dessus.
Elle en fait de même.
Ensuite, l’homme nous indique qu’il ne faut pas rester plus de 5′ pour la première fois, et ensuite plonger dans l’eau froide.
Mais aussi, ne pas trop mettre d’eau sur les pierres chaudes car dès lors l’impression de chaleur étouffante augmente brutalement.
Nous sommes à l’écoute, l’homme est très poli, attentionné.

Comme il l’avait dit, il ne faut pas rester longtemps au début. La minuterie qu’il avait actionnée, nous indique que c’est le moment de sortir.
Il sort donc, et nous invite à en faire autant.
Il va plonger dans l’eau froide…

Rien qu’à y mettre le pied, je sais que je ne peux pas. C’est alors qu’il nous propose à la place, de passer sous la douche, de chaud, à tiède, puis froid, avant de revenir.
C’est ce que nous faisons. De là où il est, il nous voit très bien.
A cette heure, nous ne sommes plus que tous les trois dans l’établissement, comme clients.
Rafraîchis, lui aussi, nous revenons au sauna.
Là, il règle la minuterie sur 10′ et nous explique qu’il vaut mieux rester au niveau 2 des assises car en haut, au niveau 3, c’est encore plus chaud.
Ma chérie je le sais, aime lorsqu’un “expert” en son domaine lui fait découvrir, la guide.
Nous sommes donc au niveau médian de la structure, en U.
Moi à gauche, Katy au milieu dans le prolongement, sa tête à mes pieds, et lui aussi à ses pieds. De son emplacement privilégié, il peut admirer discrètement la petite chatte de ma femme…
Les 5 premières minutes se sont écoulées. Katy et moi commençons à avoir bien chaud tandis que Karl, est à l’aise lui.
Ma chérie, tout comme moi, transpire, de partout…

10′ La sonnerie retentit. Nous sortons, heureux de prendre de l’air frais.
Karl va se baigner dans le bac d’eau froide et nous retournons à la douche.
Là, ma petite femme me dit : T’as vu sa bite ? Elle est grosse, même au repos, même anéantie par la chaleur !
Oui, j’ai vu. Il est sacrément monté ! Il t’attire ?
Ma chérie : Je dois t’avouer que oui. Il est musclé mais aussi séduisant et, attentionné.
Moi : Écoutes mon cœur, s’il te fait envie, je te suis. Je suis d’accord. Je te préfère épanouie sexuellement que coincée comme ta sœur. Dès lors que c’est en ma présence, avec mon aval, en toute franchise plutôt que dissimulé.
Elle : Merci mon chéri ! Je sais que tu es ouvert d’esprit, et que tu me comprends. C’est aussi pourquoi je t’ai épousée, pour être une femme heureuse, pas une “maman” qui remplit son devoir conjugal le samedi soir…
Moi : A toi de jouer de ta séduction alors…
Nous retournons au sauna, pour une dernière fois. Pour une session de 15′.
Emoustillé, je suis attentif encore plus à l’attitude de ma chérie.
5′, 10′
A partir de ce moment là, la séduction s’opère…
Katy ouvre de plus en plus ses cuisses, laissant s’ouvrir son sexe, béant, suintant…
Karl, qui doit avoir la chatte de ma petite femme à 1m50 de ses yeux, ne se gêne pas pour y jeter un œil tout en parlant de choses et d’autres.
Il est allemand donc, a appris le français par amour du pays et, il nous dit que le couple en charge de la piscine, son ses oncle et tante. Il est “comme chez lui”.
Il est en vacances ici, et celles-ci se terminent.

Comme la session d’ailleurs.
Nous sortons du sauna. Karl retourne au bac d’eau froide et nous, allons à la douche.
Je sais ma chérie excitée…
Je regarde ma montre, l’établissement doit fermer dans une demi-heure.
Karl alors, ressort de son bac et nous rejoint. Sous la douche.
Là, les yeux rivés sur ma chérie, comme si je n’étais pas là, il se met à bander, légèrement…
Sans la moindre gêne.
Puis, il me dit, avec la même aisance : Ta femme est très jolie.
Avant même que je ne lui réponde, Katy : Merci ! Tu n’es pas mal non plus.
Moi : Oui, elle est jolie et… Tu lui plais !
Là, alors que nous sortons de la douche, il penche sa tête vers elle et l’embrasse.
Je me mets alors en retrait.

Elle répond à son franc baiser et, je la vois saisir le membre qui progressivement grossit…
Elle le caresse doucement, la laissant prendre du volume, de la dureté.
Pendant ce temps, il a passé sa main dans l’entrecuisse de ma chérie, qu’elle ouvre volontiers…
Je me masturbe, profitant de la scène.

Puis, Karl invite ma petite femme à aller dans un coin détente de la piscine, où sont disposés des fauteuils, un tapis, comme dans une salle d’attente.
Là, il intime l’ordre à ma chérie de se mettre à genoux et de le sucer !
Sans dire un mot, sans broncher, elle s’exécute et se met à prendre en bouche le gourdin, tendu à l’extrême. Elle a du mal à le gober avec sa petite bouche…
Ensuite, il l’invite avec tendresse à se relever, et à s’installer à quatre pattes sur un des fauteuils.
Elle montre alors son joli fessier et, il y glisse un doigt, deux doigts, puis trois…
Pendant qu’il s’astique.

Puis, il lui caresse les seins, les mamelons, les tétons sont pointés…
Le pieu à l’horizontal, il la prend, doucement, et je me délecte du spectacle…
Totalement pénétrée, en douceur, il commence alors à la limer.
Sur le côté, à distance, je vois ses seins balloter au rythme de ses coups de butoir et cela m’excite vraiment.
Elle gémit de plaisir, elle savoure…
Puis, il accélère la cadence et la bourrine franchement.

Bien excité, il ne tarde pas à jouir en elle. Puis, il se retire et vient la bite à la main, à son visage. Il termine en giclant sur son visage… Ce que je n’avais jamais fait avant !
Cela semble même, ne pas lui déplaire…
Vidé, il me regarde et me fait un signe qui veut me dire merci.
C’est alors que je m’approche, et bite à la main, je la présente à la bouche de ma chérie qui la saisit et me branle, généreusement.

A mon tour, je l’arrose de sperme. Et, elle savoure…
Puis, elle se relève, et retourne à la douche.
Karl me dit qu’il a beaucoup aimé et que j’ai la chance d’avoir une si jolie femme mais aussi, qu’elle a la chance d’avoir un homme aussi ouvert d’esprit.
Nous filons à notre tour à la douche. Puis, après un dernier baiser sur la bouche, salue ma femme et, me serre la main.
Au revoir et merci !
Bon après-midi !
Nous nous quittons là.
Arrivés dans notre appartement, Katy investit la salle de bains tandis que je prépare le déjeuner.
Propre de nouveau, nue, elle ressort de la salle de bains, et j’y vais à mon tour.
Ensuite, aimant à être nus, chez nous aussi, nous déjeunons.

Puis, durant l’après-midi, nous avons évoqué notre expérience.
Katy me disait avoir littéralement “flashé” sur Karl, mais aussi, sur sa grosse bite.
Elle n’en avait jamais vu de pareille et, elle était excitée par cela.
Maintenant, je dois dire que je n’aurai pas osé tenter la sodomie me dit-elle…

Moi : J’ai beaucoup aimé l’attention de Karl, mais aussi son assurance, son respect.
Mais également te voir le séduire, l’aguicher, l’embrasser, saisir son engin, en main, dans la bouche, et te voir pénétrée, jouir… Tu étais très désirable, excitante.
J’ai pris plaisir à te voir prendre du plaisir et en donner à un autre homme.
Très belle aussi ainsi offerte !
Merci mon chéri ! Je savais que tu allais aussi aimer, te voir si excité me l’a confirmé.

C’était la première fois que je voyais ma petite femme prise par un autre homme.
C’était effectivement bien excitant, pour elle comme pour moi. Pour nous.
Elle m’avoua ensuite, aimer les bons calibres et les hommes plutôt musclés.
L’après-midi a été sage, et tendre.
Dès lors, nous avions convenu, que nous aurions tous les deux, une sexualité épanouie, complice, et que nous n’hésiterions pas à évoluer…
Mais ça, c’est un autre épisode.