Babes

Tout seul avec ma soeur (3)
Elle ouvrit grand les yeux, comme pour me dire “Quoi ?! Encore ?!” ; mais avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit je me retrouve au-dessus d’elle, je la regarde droit dans les yeux, je lui dis de ne pas bouger, de ne pas parler.
Elle ne réagit pas, elle ne dit rien. Je sortis un bandeau, du poppers, une paire de menottes et une corde.
Je ne m’y attendais pas, mais j’ai bien compris que la vue de ces objets lui avait fait de l’effet, lui donnait encore une fois envie.

– Tu n’es pas autorisée à parler pour l’instant. Je vais te faire sentir ceci, tu renifleras jusqu’à ce que je retire le flacon. Lui dis-je avec le poppers dans la main.

Je la place en position assise, je place le flacon sous une de ses narines, je bouche l’autre. Je laisse le flacon une dizaine de secondes avant de faire la même chose de l’autre côté. Je laisse agir, je la vois devenir rouge, elle bouge un peu, se mord la lèvre, me lance un regard de braise. Je la laisse dans cet état une bonne minute.

– Ton avis ? Quel effet cela t’as fait ?

– J’ai jamais eu autant envie de me jeter sur la bite d’un mec pour le sucer jusqu’à la mort.

Je lui ordonne de venir se placer en haut du lit, couchée sur le ventre, sans plus attendre, je saisis ses deux poignets que j’attache avec la corde, je sers bien le nœud de manière à ce qu’elle ne puisse pas bouger les bras placés au-dessus de sa tête. Je fais passer la menotte entre ses poignets pour les serrer au niveau du nœud et l’autre bout à la tête de lit. Elle a la tête tournée vers la droite, me regarde intensément.
Avec mes mains, je lui serre les jambes, je me positionne au-dessus d’elle, ma bite étant au niveau de ses fesses. Je reste un moment comme ça, à la contempler, l’admirer. Les effets de l’alcool étaient partis, je suis totalement conscient de ce que je fais avec ma sœur, et je prends mon pied.
Après un léger baiser sur la nuque, je fais passer mon gland sur ses lèvres, tout doucement .. elle mouille énormément et j’adore ça, mon gland glisse tout seul entre ses lèvres. Et très lentement, je m’insère en elle. Me voilà à nouveau pénétrant ma sœur, sa chatte est tellement serrée dans cette position, c’est un vrai délice.
Si pour moi cette position est bien connue, elle semble la découvrir, et au vu des cris qu’elle pousse, elle adore cette position. Je la bourre comme si nous n’avions pas couché ensemble de la nuit, je m’acharne sur elle, je lui démonte la chatte.

Mais au bout d’une vingtaine de minutes, cette position, délice de sensations, me fait arriver à ma limite. Je préviens ma sœur que je vais bientôt jouir.

– S’il-te-plait .. jou … jouis .. en .. moi .. pas de .. sou .. cis à ce ni..veau !

Je ne me fais pas prier, je lâche tout mon sperme en elle, je suis pris d’un orgasme et elle aussi. Je reste allonger sur elle, fatigué, au bout du rouleau ..

Après 5 minutes, j’enlève les menottes, retire la corde. Nous tombons chacun d’un côté, nous restons allongés comme ça. Soudain, je sens qu’elle me caresse la bite.

– Tu en veux encore ? Vraiment ? J’en peux plus

– Non, j’aimerais juste te faire bander pour m’endormir avec ta formidable queue en moi !

Assez rapidement, ma bite fut remise en forme, elle s’empale dessus, et nous nous endormons dans cette position.
Le lendemain matin, nous avons continué à coucher ensemble un peu partout chez moi, sur mon bureau, la table à manger, la machine à laver pendant qu’elle tournait. Toujours en utilisant la corde et le bandeau pour ses yeux. Parfois, elle me demandait un peu de poppers pendant l’acte pour décupler nos sensations.

Je ne m’attarde pas sur ses actes sexuels, car ils sont assez classiques et proche de ce que je vous ai déjà raconté. Ceci étant, nous avons essayer de très nombreux endroits ensemble. Si la voiture est un lieu assez banal, nous l’avons régulièrement fait pendant quelques temps. Nous l’avons également fait dans un parc un été en plein après-midi, chez nos parents alors qu’ils ne dormaient pas, à la piscine, dans les toilettes d’un bar et j’en passe !

Nous avons également coucher ensemble sous différents états, d’abord en étant bourrés, classique. Nous avons aussi tenter la chose après avoir fumé plusieurs gros joints, après avoir prit de la MDMA, cocaïne, ketamine, champignons, salvia…

Si vous voulez mon avis, l’une des meilleurs substances, était les champignons hallucinogènes. Tout simplement grâce aux hallucinations provoquées, elles donnent une tout autre dimension à l’acte qui est entrain de se produire, on voit des choses, on sent des choses, mais une fois nous avons totalement oublié notre soirée, heureusement nous avions prit l’habitude de nous filmer pendant l’acte et le résultat de cette nuit était époustouflant, a****l, bestial. Quelque chose d’incroyable !

La prise de Salvia était aussi particulière dans son genre, dans le sens où plus on couchait ensemble, plus on en avait encore envie. Je me souviens de cette soirée, où nous avons commencé à 22h, nous nous sommes arrêter à 7h du matin car je devais me rendre au travail, mais sans ça, aucun doutes, nous aurions continuer encore des heures tellement nous étions excités !

J’ai su plus tard que l’homme avec lequel Emma voulait essayer certaines choses durant l’acte sexuel, c’était moi. Bien avant nos aventures et cette soirée inoubliable elle fantasmait déjà sur moi, et bien évidemment, ça ne me dérange pas le moins du monde.

Aujourd’hui, j’ai 27 ans et Emma en a 23, nous sommes tout les deux en couple et amoureux, malgré nos conjoints, nous avons continué à coucher ensemble régulièrement, et nous sommes très heureux ainsi.